Comportements des utilisateurs sur Internet : préliminaires

Quelques chiffres pour mieux comprendre ce qui se déroule sous nos yeux, qui a pris une ampleur phénoménale depuis environ 15 ans : Internet.

2.2 milliards d’internaute dans le monde. Sachant que nous sommes 7 milliards aujourd’hui, on est à un taux de pénétration de moins de 30%. Mais qui sont ces 30% d’humains connectés ?

Il faut savoir que dans le lot, nous avons une énorme majorité de jeunes. Par exemple, plus de 95% des 18-24 ans québécois sont déjà allés sur Internet. Clairement, nous avons une population privilégiée, occidentale. Je n’ai trouvé que quelques statistiques sur les pays d’Afrique, qui sont assez inégalement lottis : même si au Bénin on commence à avoir la 3G et on a de nombreux cybercafés, les contacts de la population rurale avec l’outil informatique sont très rares. Ce qui n’est pas le cas au Maroc par exemple, où Internet a touché (rien qu’en 2009) 42% des gens !

Et – très bien, 30% des humains vont sur internet – mais qu’y font-ils ? Si on prend le nombre d’utilisateurs actifs par site / service : les gens vont sur les réseaux sociaux. Relais de la vie réelle, détente anonyme, recréer sa vie… voici ce que font sans doute les 1.2 milliard d’utilisateurs revendiqués par Facebook (dont plus 20 millions sont en France). D’ailleurs, si vous voulez les voir, tous ces gens, c’est possible. Un graphiste freelance a réuni tous les utilisateurs sur une seule page. C’est assez abstrait, mais en se loguant via Facebook on se retrouve.

Faces of Facebook

Ensuite, une fois qu’ils ont regardé la vie des autres (ou ré-inventé la leur), eh bien ils vont sur YouTube par exemple ! 1 milliard d’utilisateurs revendiqués par le site de vidéos, propriété de Google. 6 milliard d’heures sont visionnées chaque mois (faites le compte avec moi : si on doit regarder une heure chacun en moyenne sur un mois, et que je n’en regarde que 20 minutes, il y en a qui y passent leurs journées). Il faut dire qu’avec nos smartphones, phablettes, – vous savez ce qu’on appelait autrefois un téléphone – on peut regarder des vidéos de chatons, des bébés qui pleurent,  des gens qui s’imaginent cascadeurs, ou encore le dernier Tellement vrai que vous auriez raté pour faire quelque chose de plus constructif de vos neurones – et on peut regarder tout ça même dans le bus !

Si nous n’avons qu’effleuré la surface des usages des utilisateurs d’Internet, c’est bien sûr qu’il n’y a pas qu’un Internet, mais qu’il y en a autant que chacun de nous. Nous laissons tous une trace sur des serveurs, sur nos ordis et nos mobiles, via nos navigateurs ou les mails que l’on envoie… et c’est d’ailleurs une des raisons d’être de ce blog : comprendre ce qui se cache derrière toutes ces données. Toutes nos expériences sont-elles factorisables ? Peut-on dégager un, ou plusieurs, comportement(s) type(s) ?

à suivre…

Sources :
Sur le Journal du Net, les chiffres clés de l’internetet tous les liens que vous avez dans la page…

Do you love Data ?

Ah, les données, ces fameuses data… on a sans doute rien inventé de mieux sur le web.

Events on Google Analytics

Le plus étonnant aujourd’hui, c’est ce qu’on peut faire avec. Sur la chaîne YouTube de Loves Data, on trouve une vidéo étonnante. Et si on suivait l’utilisation de la machine à café, ou du frigo du bureau, avec Universal Analytics ?

Eh bien rien de plus simple – enfin presque. Juste un peu d’électronique, et le tour est joué. Dans la vidéo suivante, on découvre comment cette équipe de furieux – dont je reparlerai sans doute régulièrement ici, a réussi à déclencher des événements sur GA avec des dispositifs home-made. Real-time data, baby.

Des puces RFID sont ici utilisées pour indiquer si on a pris du thé ou du café, si on a ouvert le frigo… bien sûr, il faut que les participants aient leur petit badge et jouent le jeu. Et relié cet écran de contrôle que l’on peut voir au début, il y a un petit capteur de présence qui sait si l’écran est observé ou pas. En se plaçant devant, on est repéré, et ça génère des pages vues (page view).

Génération de pages vues avec un détecteur de présence

On peut bien entendu supposer que si par mégarde on reste à discuter le dos tourné à l’écran, on génère des pages vues à foison, ce qui va fausser les statistiques. Mais à ceci près, le dispositif est assez génial.

On trouve également des gens pour tracker le comportement du WeMo (un petit truc assez génial qui vous permet de contrôler toutes les prises de votre maison – et donc les machines qui y sont reliées). En créant des pages vues, et un dimension customisée (custom dimension), on voit combien de fois telle prise a été utilisée. Cette chaîne relativement intimiste (Analytics avec TheElisaDBI sur YouTube) nous fait ainsi la démo de ces fonctionnalités Universal Analytics.

Il va sans doute se passer du temps avant que la data domotique devienne grand public… mais comme l’évoque l’auteur de cette vidéo, pourquoi ne pas tracker dans Analytics les passages par le capteur à l’entrée de votre magasin ? Et ainsi regarder offline et online dans le même dashboard ? Un minimum d’électronique est requis – et bien sûr il va vous falloir un ninja aux manettes d’Analytics !